quelques pages d'histoire(s) de Plougrescant

- Le Monument aux Morts

 

« N’oubliez jamais les enfants de Plougrescant morts pour la France »

mam1011.jpg

 

  Edifié pour rendre hommage aux Plougrescantais morts durant la première guerre mondiale, le Monument aux Morts de Plougrescant fût inauguré le 15 août 1922 par Yves Le Trocquer, Ministre des Travaux Publics , en présence , entre autres de Gustave de Kerguézec, Sénateur et président du Conseil Général des Côtes du Nord et d’Yves-Marie Rémond, Maire de Plougrescant.  

discours de Gustave de Kerguézec  - 15 août 1922

 Aux 76 morts de la Grande Guerre vinrent s’ajouter, à la suite des conflits du XXème siècle, 33 autres noms à la funeste liste énumérée chaque année lors de la cérémonie du 11 novembre par un représentant des anciens combattants de la Commune. 

 Voici le tragique destin de trois d’entre eux:

copiedemonumentauxmortsfacesud.jpgcopie2demonumentauxmortsfacesud.jpgmonumentauxmortsfacesud.jpg

***

26 février 1916 – le torpillage du « Provence II » *

laprovencevue41.jpg

 Construit en 1905 aux Chantiers de Penhoët à Saint-Nazaire «La Provence » est à sa mise en service le plus grand et le plus rapide paquebot français.  Réquisitionné en août 1914 « La Provence » est transformée en croiseur auxiliaire et prend le nom de « Provence II », il est affecté en mer Méditerranée aux transports de matériel et de troupes à destination du front d’Orient.  Le 23 février 1916, sous le commandement du Capitaine de Frégate Vesco, il quitte Toulon pour Salonique en Grèce, avec à son bord 2000 militaires des 3ème Régiment d’Infanterie Coloniale et 372ème Régiment d’Infanterie destinés au renfort des troupes combattant en Macédoine, et environ 400 hommes d’équipage.  Le 26 février vers 15 heures, alors qu’il se trouve au large du Cap de Matapan, « Provence II » est touché sur tribord par une torpille tirée par le sous-marin allemand U-35, commandé par Lothar von Arnault de la Périère.  Le commandant donne l’ordre d’évacuer le navire, mais les canots de sauvetage sont en nombre insuffisant et tous les hommes du bord ne peuvent y embarquer. « Provence II » coule en 17 minutes, faisant environ un millier de disparus dont le commandant Vesco, qui conformément au code d’honneur de la marine, se laissera engloutir avec son navire.

 

provii.jpg

 Le navire fut cité à l’ordre de l’armée : « Le croiseur auxiliaire Provence II torpillé le 26 février 1916 en méditerranée, a disparu avec une partie de son équipage qui a fait preuve jusqu’au dernier moment, du plus grand courage et du plus grand sang froid. »

***

Trois Plougrescantais, Matelots-Chauffeurs à bord, sont au nombre des victimes:

Guillaume Stévénnou (24 ans), Hippolyte Urvoas (32 ans) et son frère Adrien (30 ans).

Deux autres natifs de Plougrescant ont également disparu lors du naufrage:

Jean-Marie Ollivier (47 ans) Second-Maître Mécanicien, figure sur le Monument aux Morts de Tréguier et Joseph Guyomard (23 ans) Matelot-Chauffeur sur celui du Havre.

***

« N’oubliez jamais les enfants de Plougrescant morts pour la France » : telle est l’inscription figurant en lettres d’or sur le Monument aux Morts, mais le temps passe et efface de nos mémoires le souvenir de leur sacrifice.

* ce récit du naufrage est la synthèse de plusieurs autres récits trouvés sur internet

p22.jpg

26 janvier, 2011 à 13:13


Laisser un commentaire